Présentation de l’auteur

 

L’AUTEUR

Jean-Pierre Nicolas est un anthropologue, ethnobotaniste et ethnopharmacologue français résidant à Concarneau.

Au carrefour des sciences humaines et des sciences biologiques Jean-Pierre Nicolas a un parcours transversal et atypique.
Il choisit la formation d’animateur socioculturel (Defa), dans l’esprit de l’Education populaire. En début de carrière il accompagne les personnes victimes d’handicaps sociaux, mentaux et physiques dans les milieux déstructurés de quartiers difficiles.

 

Après une formation en psychologie, sociologie et une maitrise de sociologie appliquée au travail, il devient formateur dans l’éducation nationale (Greta) puis auprès des chambres d’agriculture.
Confronté aux ambiguïtés du monde agricole et de l’industrie agro-alimentaire, à la détresse des jeunes désorientés de quartiers délaissés, l’étude des plantes médicinales lui offre, en parallèle, une évasion constructive. Il rejoint la première promotion du certificat d’herboriste proposée par l’association pour le renouveau de l’herboristerie . Il complète cette formation en réalisant des enquêtes ethnobotaniques en Bretagne et obtient un DEA d’ethnologie sur ce thème au CRBC de Brest en 1991. https://fr.wikipedia.org/wiki/Centre_de_recherche_bretonne_et_celtique

La rencontre avec « Médecins aux pieds nus » lui donne l’opportunité de rejoindre leur antenne dans le département d’El Quiché en 1992 dans un Guatemala en guerre. Il y développera une méthodologie d’ethnobotanique appliquée auprès de diverses organisations mayas dont « Medes » (Médicos descalzos) qu’il continue à soutenir aujourd’hui. Il met en place l’association Arrée K’iché afin de soutenir ses actions et avoir une couverture juridique.

Il perfectionnera cette méthodologie au Honduras auprès de la pastorale de la santé de l’évêché de Choluteca  avec le soutien de la communauté des Sœurs de Kermaria jusqu’en 2007.

Le laboratoire de botanique de la faculté de Pharmacie de Lille l’intègre en tant qu’ethnobotaniste dans son équipe d’enseignants chercheurs en 2001 dans le cadre d’une convention avec l’université de la Sorbonne. Il collabore à la mise en place d’un D.U. d’ethnobotanique appliquée et de la formation en ethnopharmacologie appliquée à la Société française d’ethnopharmacologie de Metz.
En parallèle, de nombreuses demandes de soutien proviennent d’autres continents, en particulier du Burkina Faso et de Madagascar. L’association « Arrée K’iché », au nom inadapté devient « Jardins du Monde ». Il en assure la présidence jusqu’en 2018, date à laquelle il quitte le conseil d’administration, l’orientation choisie ne correspondant plus à son éthique.

Jean-Pierre Nicolas publie son étude sur les classifications mayas et soutient en 1997 une thèse de doctorat à l’Ecole pratique des hautes études, Paris Sorbonne Vème section. « Pharmacopée traditionnelle des Mayas K’iché : étude ethnopharmacologique et système de classification indigène ».

Qualifié aux fonctions de maître de conférences dans la section CNU n° 41 (Sciences biologiques pharmaceutiques), il partage ses connaissances dans les domaines de la médecine humanitaire et des plantes, auprès des universités, de l’industrie et du monde associatif.

Il collabore à sa mise en place et sera président de « l’IMPS », association qui s’appellera par la suite « Cap santé » puis « Ecole bretonne d’herboristerie ». Il forme le personnel à la botanique, pharmacognosie, mise en forme galénique et techniques de l’herboristerie.

Il a organisé le jardin de plantes médicinales de l’abbaye de Daoulas. 

Il collabore avec le jardin botanique de la ville de Moscou et propose ses conseils en matière d’ethnobotanique auprès de nombreux jardins et de projets alternatifs.

Se fondant sur les résultats de ses recherches en ethnobotanique et en pharmacognosie, ainsi que sur ses 30 ans d’expérience de terrain en matière de solidarité internationale, Jean-Pierre Nicolas intervient à la demande de groupements villageois, d’universités, de médecins, de pharmaciens, d’étudiants et de tradipraticiens.

Il met en place des jardins pédagogiques supports à la valorisation de plantes médicinales et aux formations sur l’usage des plantes médicinales dans les soins de santé primaire . Ces jardins servent aussi à la production de plantes médicinales pour les besoins locaux et la vente sur le marché équitable.
Jean-Pierre Nicolas est intervenu à la demande des organisations ou institutions locales dans les pays ou régions suivants : France, Espagne, Guatemala, Honduras, Equateur, Chili, Burkina Faso, Madagascar, Balkans, Caucase, Sibérie, Tibet, Bhoutan et Mongolie.
Docteur ès sciences, il anime de nombreuses formations en ethnobotanique et ethnopharmacologie appliquée et propose de nombreuses conférences et ateliers liés à la connaissance et à l’usage des plantes.

Il est intervenu pendant de nombreuses années dans les cycles de conférences sur les thèmes de l’anthropologie médicale à la faculté de médecine de Brest.
Il est expert dans les domaines de l’anthropologie, de la nutrition et des plantes textiles auprès du Fonds de dotations Explore.

Il intervient comme consultant auprès de diverses structures nationales et internationales, tant dans le domaine de la santé, de la nutrition que de celui de l’agriculture auprès des Chambres et des filières de plantes médicinales.

Ethnobotaniste de référence, il reçoit en 2004 le prix ClarinsMen Environnement pour l’ensemble de ses actions et intègre l’équipe de recherche des Laboratoires Clarins en qualité d’ethnobotaniste.

Il collabore aux recherches du département de pharmacognosie de la faculté de pharmacie de Liège il y présente des conférences.
Jean-Pierre Nicolas est expert auprès du Fonds de la recherche scientifique de Belgique (FNRS) dans le domaine des plantes médicinales, de l’ethnobotanique et des pharmacopées traditionnelles.

Ouvrages

Publications partielles
• Nicolas, J.P., 1999, Plantes médicinales des Mayas K’iché du Guatemala. Éditions, Ibis press, Paris, 320 p.
• Nicolas, J.P., 2002, Plantas medicinales para la familia : manual para el promotor de salud y la madre de familia. Éditions Subirana, Tegucigalpa, 65 p.
• Nicolas, J.P., 2009, Santé de la famille et plantes médicinales au nord de Madagascar. Éditions Simson, Antananarivo, 263 p. (Version malgache en 2011).
• Nicolas, J.P., 2010, Plantes médicinales pour le soin de la famille au Burkina Faso. Imprimerie Djiffon, Ouagadougou. 354 p.
• Nicolas, J.P., 2012, Plantes médicinales du Nord de Madagascar, ethnobotanique antakarana et informations scientifiques. Éditions Jardins du monde, Brasparts. 296 p.
• Nicolas, J.P., 2013, Manual de plantas medicinales del altiplano de Guatemala para el uso familiar. Impreso en los talleres Cholsamaj – Guatemala. 262 p.
• Nicolas, J.P., 2019, Recueil de fiches ethnobotaniques des principales plantes médicinales employées au Burkina Faso et en Afrique de l’Ouest. Éditions Jardins du monde, Brasparts. 60 p.
• Nicolas, J.P., 2022, Plantes sauvages comestibles. Observer et reconnaitre 50 espèces de nos régions. Éditions Vagnon. Guide de poche nature. 95 p.

Ouvrages collectifs
• Nicolas, J.P., Gall, L., Reversat, J. et L. Villefeu, 2002. Plantes médicinales des cinq continents. Éditions, centre de l’abbaye de Daoulas, 191 p.
• Choktsan, L.T., Clement, J.F., Dodinet, E., Fleurentin, J.F., Mercan, A., Meyer, F., Nicolas, J.P. et J.M. Pelt, 2006, La médecine tibétaine : sources, concepts et pratique actuelle., Acte de la journée du 8 avril 2006. Société française d’ethnopharmacologie – Institut européen d’écologie, Metz 82 p.
• Jardins du Monde – Jean-Baptiste Gallé, Allison Ledoux, Sophie Groeber, Jean-Pierre Nicolas 2014. Quelques plantes employées dans le Sud-Ouest de Madagascar. Éditions Jardins du Monde, Brasparts, 165 p.
• Jardins du Monde – Medicos del mundo España, 2002. Plantas medicinales y comadronas : manual para el personal de salud. Guatemala, Ixiim Uleew, 52 p.
• Jardins du Monde – Veterinarios sin fronteras España, 2003. Manual de capaticitación para promotores/as pecuarios/as en producción animal sostenible – Tercer curso : enfermedades y plantas medicinales. 48 p.
• Jardins du Monde – Veterinarios sin fronteras – España, 2004. Etnoveterinaria en Guatemala y sus orígenes – Recuperación y promoción de alternativas tradicionales indígenas de producción pecuaria para un desarrollo sostenible. 220 p.
• Jardins du Monde – Franck Jarosz, 2006. Des plantes, des hommes, un territoire : manuel ethnobotanique. Parc Naturel Régional de la Forêt d’Orient, 80 p.
• Jardins du Monde – Sophie Groeber, Nina Joé Maka, Jean-Pierre Nicolas et al., 2013. Kobaby – Histoires illustrées sur l’usage des plantes médicinales à Madagascar. Éditions Jardins du Monde, Brasparts, 48 p.